Les croyances limitantes qui vous empêchent d’avancer en amour
Date :
17 Mai 2024
Rédacteur :
Maryse BIZOUARN
Partager sur :

Maria-Laetitia Mattern - femmesdaujourdhui.be - 30 avril 2024

Je suis trop ci, pas assez ça… Les croyances limitantes, ce sont ces fausses idées que l’on se fait de soi et qui peuvent nous freiner en amour. Une psychologue nous aide à les décortiquer.

Vous avez l’impression de retomber dans les mêmes pièges et les mêmes schémas amoureux? C’est peut-être parce que certaines croyances limitantes vous pourrissent la vie inconsciemment. Pas assez cultivée, trop gros nez, trop petits seins… sont autant d’idées qui sapent votre estime de vous-même et qui vous empêchent peut-être de vous sentir en confiance en couple. Diane Woué, psychologue et love coach, nous éclaire sur le sujet.

Les croyances limitantes les plus courantes

“Chez la femme, ces croyances sont principalement basées sur le physique, nous dit la psychologue. D’autres, notamment quand on avance en âge, sont liées à la situation familiale”.

Dans la top liste, on retrouve le plus souvent: 

  • “Je ne suis pas assez belle”/”Je suis trop grosse”
  • “J’ai des rides“/”Je suis trop vieille”
  • “J’ai des enfants, personne ne voudra de moi”

“Mais il existe des milliers de croyances limitantes, propres à chaque personne”, précise Diane Woué. Parmi les personnes qu’elle coache, la psy en a parfois vu des plus insolites, comme “Ma famille ne va pas lui plaire”, “J’ai un accent, j’ai peur qu’il ne l’aime pas”.


Et chez les hommes?

“Chez l’homme, ces croyances sont moins basées sur le physique, même s’il y en a aussi. Elles concernent plutôt des questions d’argent, de statut social”. Les plus courantes étant: 

  • “Je ne suis pas assez grand”
  • “Je n’ai pas assez d’argent”
  • “Je ne suis pas assez drôle” (impression d’être ennuyeux)


Croyances limitantes ou critères?

“Quand les idées sont tournées vers l’autre, je ne les qualifierais pas de croyances limitantes, mais plutôt de critères, précise la psy. C’est notamment le cas si vous dites ‘Je ne veux pas être avec quelqu’un qui a déjà des enfants ou qui est plus petit que moi’. Les croyances limitantes, elles, sont des prophéties auto-réalisatrices: on croit que quelque chose qui nous impute va empêcher la relation amoureuse et, du coup, on fait tout inconsciemment pour la gâcher. Une femme de la cinquantaine qui pense par exemple ‘Il va toujours chercher des femmes plus jeunes que moi’ peut saboter la relation sans le savoir”.


D’où viennent ces croyances?

“La première source, c’est ce que la société véhicule, les médias. On imagine qu’une femme plus âgée n’est plus désirable ou digne d’être en couple, qu’une femme trop grosse n’est pas belle ou encore qu’un homme doit pouvoir jouir d’un certain statut, qu’il doit assurer financièrement, etc. Ensuite, il y a aussi quelque chose de plus biologique, primitif. Un homme qui cherche une femme plus jeune peut le faire inconsciemment car biologiquement, elle pourra avoir des enfants. Et ce, même s’il n’en veut plus! Une femme cherchera un homme plus grand et plus fort qu’elle, comme si son instinct primaire la poussait à trouver le meilleur chasseur capable de ramener à manger”.


Les croyances limitantes sont des prophéties auto-réalisatrices

Des idées préconçues, primaires et inconscientes, qui n’ont évidemment plus lieu d’être aujourd’hui.


Identifier pour mieux surpasser

Pour dépasser ses croyances limitantes, la première chose à faire est de les identifier. “On propose couramment un exercice très simple: se regarder dans le miroir et formuler des propositions qui nous viennent en tête, comme ‘J’ai des rides, je ne suis pas assez jolie, je suis petite…’. On les note, et on sait que notre objectif pendant l’année sera de combattre ces pensées. C’est un travail sur l’estime de soi. Toutes ces croyances limitantes peuvent être surpassées, mais pour les déconstruire et les sortir de sa tête, il faut d’abord les reconnaître”, conclut la psychologue.

  Retour
Pour me contacter :
27 Rue Tanguy Prigent
29600 PLOURIN LES MORLAIX
FRANCE
Suivez-moi sur :